Promotion et gestion de la santé au travail

Publié le: 21 février 2019


Holzfigur, Pierres, Lutte De La Vie, Résistances


"La motion de Mathias Reynard sur la reconnaissance du burnout comme maladie professionnelle ne passe pas la rampe du parlement.

Compte-tenu de la définition de la maladie professionnelle en Suisse, ce résultat est sans surprise. Un reconnaissance n'aurait, d'ailleurs, pas eu que des avantages: elle aurait réduit le syndrome du burnout à une problématique relevant principalement de l'individu, incitant moins encore à considérer les contextes (professionnel comme privé) dans lesquelles les épuisements, puis les burnout se construisent. Continuer à militer pour la reconnaissance, ne serait-ce pas se tromper de bataille? Investir l'énergie et les moyens en amont, dans une prévention intégrée du stress chronique au travail ou ailleurs, ne serait-il pas plus profitables tant pour les personnes que pour les organisations?"

- commentaire de Anny Walhen, à retrouver sur la page facebook Burnout, la maladie du 21ème siècle - Le livre


Pour rappel, Catherine Vasey avait abordé cette question de la reconnaissance du burn-out lors de son billet de mars 2018 dans Le Temps, à l’ouverture des débats. Elle y rappelait notamment qu’en France voisine, cette reconnaissance rencontrait des difficultés semblables, après un troisième rejet à l’Assemblée Nationale en février 2018.


Pour un tour de quelques articles en ligne sur ce refus : Arcinfo, 20 Minutes, Le Nouvelliste, 24 heures, La Côte, Le Courrier

Tweet de Mathias Reynard du 15 février, concernant son initiative parlementaire

Plus de détails sur le site du parlement

Source de l'image (consulté le 21.02.2019)

Article par :

Florent Blanc

Fonction prof: Assistant étudiant (master) et collaborateur scientifique - IPTO (UNINE)

Arrow